MAUSTITCHI - Maraicher bio


Producteur coopérateur

La Ferme du Maustitchi, c'est le papa, Etienne, la maman, Christine, et les 3 enfants.

A la ruche, nous voyons souvent Virginie et la maman.

La collaboration a démarré en novembre 2013, en dépannage. Habituellement un maraicher ne sait pas accepter un nouveau client en cours de saison et heureusement pour nous, c'était pour eux le choix de vendre en direct les légumes de garde plutôt que de les envoyer au grossiste.
En effet, jusque là, la production partait pour une grosse moitié dans une coopérative de maraichers bio pour de la vente en gros et l'autre partie était écoulée pour la vente direct dans leur magasin, sur la ferme.

Virignie devant les chicons pleine terre

Les parents ont démarré il y a 25 ans le maraîchage et ils sont en bio depuis 2012. Situés du coté de Fontaine l'Evêque, soit la "banlieue" de Charleroi, Maustitchi est déjà une solide entreprise avec 20 hectares de terre dont 4ha sous serre et une épicerie ouverte 6 jours sur 7.
Ils sont autonomes en eau grâce à un étang qui récolte la pluie qui tombe sur les serres. L'entreprise emploie, en plus de la famille, 2 saisonniers toute l'année, plus des renforts allant jusqu'à 6 personnes à la pleine saison.

Pour information, en règle générale, on peut dire qu'avec un hectare, on nourrit 50 personnes une année en maraichage traditionnel  - bien que c'est une donnée très variable, donc ça veut tout dire et rien dire. 

Ils faisaient jusque qu'il y a peu qu'une gamme limitée de légumes mais en grandes quantités pour livrer chez les grossistes. Le grossiste, c'est un peu comme la laiterie pour les laitiers, il fixe le prix, vous ne le connaissez même pas nécessairement à l'avance, vous faites partir vos légumes et vous êtes payés plusieurs semaines après. C'est confortable, sans risque, car tout part, mais à quel prix ? Certaines années, on travaille pour rien. 

Virginie, la fille, tient une super boutique sur la ferme. C'est tout d'abord comme ça qu'ils ont élargi la gamme de légumes plantés. Et puis ils se sont mis à livrer les ruches et plus précisément, ils sont venus nous dépanner. Et c'est comme ça qu'ils sont devenus depuis un an notre "gros" maraicher. Et nous sommes aussi importants pour eux. Car la moitié de leurs légumes qui allait au grossiste, maintenant, elle vient chez nous. C'est pas rien. C'est un autre métier. 

Ainsi donc ils ont plus de 50 variétés de légumes à proposer toute l'année et tout l'enjeu est d'avoir de la variété même en hiver. Ils ne font pas leurs plans et ce font donc livrer toute l'année en plants bio à repiquer et voilà 2 ans que nous prévoyons le plan de culture ensemble. Pour l'hiver à venir, en plus des navets, choux et autres salades de blé, nous devrions avoir des poireaux, des échalotes et autres condiments qui nous ont manqué jusque là dans la ruche. Ils ont aussi tout un champ consacré aux topinambours et au printemps, une terre convient pour la culture de l'or vert : l'asperge verte.

L'été, les légumes rois sont bien présents chez notre maraichers avec 1/3 des serres consacré aux tomates, les aubergines, courgettes, concombres ont aussi bonne place dans le plan de culture.

Ce qui est appréciable chez Maustitchi, c'est que c'est un maraicher de taille intermédiaire.
Encore dans des pratiques artisanales et en fonctionnement familial mais avec une grande superficie de terres, ce qui est très (trop) rare en Belgique. C'est que tant du côté d'Etienne que du côté de Christine on est agriculteur depuis des générations et qu'ils s'emploient à sauvegarder les terres familiales malgré la volonté de certains de vendre à prix d'or.
Cet équilibre et cette juste raison entre les volontés entrepreneuriales et le respect de la terre et des traditions est rare et je l'estime.

les parentsChamp d'aspergesLe frère et les tomates